Les différentes sortes de prière

La Parole de Dieu nous dit de faire connaître nos besoins à Dieu par des prières et des supplications (Philippiens 4/6, 1 Timothée 2/1).En effet, il existe différentes sortes de prières (Ephésiens 6/18). Il faut donc savoir les types de prière  qu’il y a et aussi discerner laquelle  il convient de faire en fonction de chaque situation. Or, nous ne savons pas ce qu’il convient de demander à Dieu. Voilà pourquoi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse (Romains 8/26). Voyons maintenant différentes sortes de prières (Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive) :

 

 

Les requêtes 

Elles consistent à exposer des besoins précis à Dieu au cours d'une entrevue. Ce type de prière (« Enteuxis » en grec) signifie une sorte d’entrevue ou de conversation  avec Dieu dans laquelle on lui présente des doléances précises.

« Demandez et vous recevrez » (Jean 16/24) : telle est la promesse de Jésus pour ses disciples. Encore faut-il savoir ce qu’il convient de demander. Nous devons prendre garde à faire nos demandes conformément à la Parole de Dieu et ne pas faire des demandes selon la chair pour satisfaire nos passions et nos convoitises. Certaines demandes formulées à Dieu ne sont pas des réels besoins mais uniquement des choses liées à l’envie, la convoitise des yeux, l’orgueil de la vie, les passions de la chair (1 Jean 2/16). Ne nous attendons pas à ce que ce type de demandes soit exaucé par Dieu. Nous avons auprès de Dieu cette assurance que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute (1 Jean 5/14). La prière  selon la chair, est une prière en dehors de la volonté de Dieu, tandis que la prière par l’Esprit correspond quant à elle certainement à la  volonté de Dieu car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu (1 Corinthiens 2/10).

 

 

La Prière d’autorité ou de combat spirituel

Dans ce type de prière, il s’agit d’exercer son autorité en Christ contre le monde des ténèbres telle que Christ lui-même l’a fait lorsqu’il était sur la terre (Luc 4/36). Les chrétiens sont souvent devant des blocages qui résultent du monde des ténèbres. A ce moment il faut commander avec autorité et menacer les esprits qui se dressent contre nous.  Car, le Seigneur Jésus nous a donné le pouvoir de marcher sur les serpents, sur les scorpions et sur toute la puissance de l'ennemi (Luc 10.19). Or, un pouvoir est donné pour être exercé. Et nous devons exercer cette autorité contre le monde des ténèbres, non pas par nos propres forces mais dans le nom de Jésus. 

Ne soyons pas intimidés face aux agissements du monde des ténèbres. Car nous n’avons pas reçu un esprit de timidité, mais plutôt un Esprit de force, d’amour et de sagesse (2 Timothée 1/7).

 

 

Les prières de proclamation ou prières prophétiques

Il s’agit dans ce type de prière, de proclamer la Parole de Dieu sur nos vies et de confesser par nos lèvres notre victoire. Lorsque nous prions, l’Esprit peut nous conduire à prophétiser sur nous-mêmes des choses importantes. Soyons donc sensibles à l’Esprit de Dieu.

Connaitre la Parole de Dieu nous permet de la confesser et la proclamer. Cette Parole est l'épée du Saint-Esprit. La Parole de Dieu est vivante, et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointure et moelles (Hébreux 4/12). Toutes choses ont été créées par la Parole de Dieu alors si nous voulons voir manifestée une chose dans nos vies, nous devons la proclamer par notre bouche. Nous appelons une chose à l'existence par la Parole qui sort de notre bouche. 

Exemples de proclamations:

  • Proclamer sa victoire dans une situation : Dans toutes ces choses, je suis plus que vainqueur par celui qui m’a aimé (Romains 8.37).
  • Proclamer sa guérison : Par les meurtrissures de Christ, je suis guéri (1 Pierre 2/24)
  • Proclamer sa justification : Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ (Romains 8/1)
  • Proclamer sa victoire sur le péché : La loi de l’Esprit de vie m’a affranchi de la loi de la mort et du péché (Romains 8/2)

 

L'action de grâce 

La Bible nous demande de faire toutes nos prières avec actions de grâce (Colossiens 4.2, Philippiens 4.6).. En effet, l’action de grâce est comme l’enveloppe dans laquelle on doit glisser toutes nos demandes à Dieu. Les prières sans actions de grâce sont comme des lettres présentées à Dieu sur des papiers froissés.

Alors qu’il fallait nourrir des milliers d’hommes, le Seigneur Jésus fit une prière d’actions de grâce avec les 5 pains et les 2 poissons  qu’il avait (Matthieu 14.19). Jésus n’a pas prié le Père en disant « rajoute nous encore plus de pains et de poissons ». Il a plutôt rendu grâce pour ce qu’il avait et à cause de cela Dieu a multiplié le peu qu'il avait.  L’action de grâce permet à Dieu de multiplier ce que nous avons  et de nous ajouter de nouvelles bénédictions.

Aussi lorsque nous sommes exaucés dans nos prières, sachons revenir vers Dieu pour lui dire merci. Le manque de gratitude est illustré dans la Bible par le cas des lépreux qui sont venus à Jésus pour être guéris. Sur 10 lépreux au total, seul un est revenu dire merci alors que tous étaient guéris. Puis Jésus dit : "Ne s'est-il trouvé que cet étranger pour revenir et donner gloire à Dieu ?"  (Luc 17/18). N’agissons pas de la sorte, mais soyons reconnaissants envers Dieu. Avant de demander une nouvelle chose à Dieu commencez déjà à dire merci pour ce que vous avez, et revenez dire merci quand vous êtes exaucé pour une nouvelle chose.

 

 

La louange 

« Je mettrai la louange sur les lèvres » dit le Seigneur (Esaïe 57.19). Car  la louange, c’est le fruit de nos lèvres qui confessent le nom de Dieu (Hébreux 3.15). C’est pour cela que le Psalmiste dira « Seigneur ! Ouvre mes lèvres, et ma bouche publiera ta louange » (Psaumes 51.17).

Le mot louange traduit l’hébreux « Tehillah » qui veut dire aussi : « adoration, action de grâce, ou encore renommée et gloire ».

Dans la louange il y a la proclamation du nom de Dieu, l’honneur à son nom, l’acclamation, l’exaltation, les cris de joie,  etc…  Dans la louange, il y a même de la danse. C’est ce qu’a fait le Roi David  dans 1 Chroniques 15/28-29.

Louer Dieu, c’est pousser des cris de joie en son honneur (Psaumes 100.1) ; c’est publier ses hauts faits à travers des témoignages et des actions de grâce (Psaumes 106.2). Et cette louange retentit en esprit jusqu’aux extrémités de la terre (Psaumes 48.11).  Elle fait descendre la gloire de Dieu car notre Dieu siège au milieu de la louange de son peuple (Psaumes 22/4).

La louange est très puissante et fait peur à l’ennemi. Le Psalmiste dit: « Je m’écrie loué soit l’Eternel et je suis délivré de mes ennemis » (2 Samuel 3/4, Psaumes 18/4). Souvenons-nous des murailles de Jéricho qui ont été renversées par la louange du peuple d’Israel (Josué 6/6-20). Souvenons-nous aussi de la prison qui a été ébranlée dans ses fondements et des chaines qui ont été rompues lorsque Paul et Silas se mirent à chanter les louanges du Seigneur (Actes 16/25-26). Lorsque certaines situations sont difficiles et que nous sommes face à des forteresses ou dans des prisons spirituelles, la louange est la clé de notre délivrance!

 


L'adoration 

Adorer Dieu n’est pas une question de musique ou de paroles, mais plutôt une posture de soumission, de prosternation d’un être inférieur envers celui qu’il reconnait comme un être supérieur. Cette posture n’est pas que physique, mais elle est aussi dans le cœur. En effet,  le verbe « Adorer » dans la Bible traduit le mot grec « Proskuneo » ou le mot hébreux « Shachah » qui veulent tous deux dire : se prosterner, s’agenouiller, se baisser en signe de révérence, se courber, face à un être supérieur. 

L’adoration est un CULTE que l'on rend à Dieu, en lui faisant des sacrifices. Dans l’ancienne alliance, il s’agissait des sacrifices d’animaux, mais dans la nouvelle alliance, il s’agit de nous offrir nous-mêmes à Dieu comme des sacrifices vivants, saints et agréables, ce qui sera de notre part un culte raisonnable (Romains 12.1).  L’adoration,  c’est  aussi une attitude de révérence et de contemplation de la gloire de Dieu, qui nous transforme en la même image que Dieu de gloire en gloire (2 Corinthiens.3-18).

 


La prière d’intercession 

Intercéder signifie « intervenir en faveur de quelqu’un, auprès d’une personne qui a autorité ou compétence ». L’intercession est donc une  prière qui n’est pas centrée sur soi mais sur l’autre afin d’obtenir pour lui une miséricorde ou une faveur particulière. A cause même du caractère altruiste de ce type de prière, rares de chrétiens s’y intéressent.  Le plus souvent, lorsqu’un chrétien prie c’est pour des choses qui sont dans son propre intérêt ou pour ses proches. Or, Dieu cherche constamment des intercesseurs en face de l’accusateur et le calomniateur qui est le diable. Le diable nous accuse jour et nuit sans cesse devant Dieu (Apocalypse 12/10). Il est donc important qu’il y ait aussi des intercesseurs jour et nuit devant Dieu. Et cette mission est confiée aux chrétiens qui sont la lumière du monde (Matthieu 5/14). Alors que nous intercédons pour les hommes sur la terre, l’Esprit de Dieu et le Seigneur Jésus intercèdent quant à eux pour nous. En effet,  « l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; et celui qui sonde les coeurs connaît quelle est la pensée de l'Esprit, parce que c'est selon Dieu qu'il intercède en faveur des saints » (Romains 8/26-27).

 

 

La prière d’accord 

Notre Seigneur glorieux Jésus-Christ disait ceci à ses disciples: « Je vous le dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux.  » (Matthieu 18/19). Dans ce type de prière on s’associe avec une ou plusieurs personnes. Mais pour que cela marche il faut une réelle union et un accord non seulement sur les sujets de prière, mais aussi dans le relationnel (ne pas prier ensemble alors qu’on a des différends ou des rancunes), et dans la foi (une unité de foi comme dans le cas des hommes qui ont porté un  paralytique vers Jésus dans Luc 5.20).

Deux hommes marchent-ils ensemble, sans en avoir convenu  (Amos 3.3) ? C’est pourquoi pour s’associer dans la prière il faut véritablement s’accorder sur différents points de peur de ne pas être exaucés.

Pourquoi faire la prière d’accord ? La Bible dit que « Deux valent mieux qu’un, parce qu'ils retirent un bon salaire de leur travail.  Car, s'ils tombent, l'un relève son compagnon; mais malheur à celui qui est seul et qui tombe, sans avoir un second pour le relever !» (Ecclésiaste 4/9-10). Ainsi, dans la prière d’accord, on se soutient mutuellement et si l’un manquait de persévérance l’autre est là pour le relever et l’encourager. L’Eglise primitive faisait ce type de prière et avait des résultats. Il est écrit que « tous d’un commun accord persévéraient dans la prière » (Actes 1/14). A travers cette prière d’accord, ils ont pu obtenir de Dieu la libération de prison de l’apôtre Pierre par un ange (Actes 12/5-11)


La supplication et la prière d'enfantement 

 La Bible nous demande de faire toutes sortes de prières et de supplications. Le terme « supplication » traduit le grec « Deesis ». Ce terme veut dire aussi indigence, privation, pénurie. C’est une forme de prière dans laquelle ont fait un besoin primordial à Dieu avec insistance. Elle est faite lorsque nous sommes dans une privation, dans une pénurie ou dans un manque d’un besoin essentiel ou vital.

 La supplication permet d’enfanter des choses nouvelles, car cette forme de prière va chercher au plus profond de nos entrailles. Jésus a fait ce type de prière pour que Dieu le ressuscite d’entre les morts (Hébreux 5/7). Il priait avec instance, avec des larmes et avec de grands cris(Luc 22/44, Hébreux 5/7). Ce type de prière ne se simule pas. Lorsque vous voyez quelqu’un faire ce genre de prière, il ressemble à une personne à l’agonie, ou à une femme qui éprouve des douleurs de l’enfantement. Dans cette prière on épanche son âme devant Dieu.

Anne a fait cette forme de prière à Dieu, et le sacrificateur Eli pensait qu’elle était ivre de vin, tellement sa douleur était grande (1 Samuel 1/9-15). Zacharie, le Père de Jean-Baptiste dit cette forme de prière à Dieu, car l’ange lui dit « ta prière (Deesis) a été exaucée » (Luc 1.13).

Cette une prière qui est souvent associée au jeûne afin de s'humilier davantage devant Dieu et de faire taire la chair. La veuve Anne âgée de 84 ans servait Dieu dans le les prières (Deesis) et dans le jeûne (Luc 2.37). Lorsque la Bible parle de la prière fervente du juste qui a une grande efficacité, il s’agit de la prière « Deesis » (Jacques 5.16). Ce type de prière est effectivement fait dans la ferveur car comme dit plus haut il vient du plus profond de nos entrailles et ne se simule pas.

 

 

La prière d’humiliation 

Cette prière est proche de la supplication. Elle se fait lorsqu’on recherche la grâce et la miséricorde de Dieu. C’est le cas lorsqu’on demande le pardon des fautes. Dans l’ancien testament, les hommes prenaient le sac et la cendre pour s’humilier devant Dieu et ils associaient aussi souvent ce type de prière avec le jeûne.

La grâce que cette prière déclenche vient du fait que l’homme s’humilie devant Dieu. En effet,  Dieu a compassion d’un esprit abattu, brisé et languit (Psaumes 51/19).

On recourt souvent à l’humiliation  lorsqu’on se repent devant Dieu afin qu’il éloigne des fléaux ou des jugements qu’il envoie en conséquence de nos désobéissances ou de nos iniquités. Ce fut le cas des habitants de Ninive, lorsque Jonas leur a annoncé que Dieu détruirait leur ville. Ils se sont humilié devant Dieu dans le jeûne et dans la supplication en se couvrant de sac et de cendre (Jonas 3/4).

Le Roi Achab aussi s’est humilié devant Dieu et à cause de cette humiliation, Dieu a renoncé à faire venir le malheur sur sa maison, pendant sa vie (1 Rois 21/29).

La prière d’humiliation permet le pardon de Dieu. Car il est écrit : « Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays » (2 Chroniques 7/14).

 

 

La prière en langue 

Celui qui parle en langues s’édifie lui-même (1 Corinthiens 14/4). Il ne faut pas confondre la prière en langue faite pour soi-même et le parler en langue dans une assemblée pour communiquer un don spirituel. On peut prier en langues dans une assemblée mais dans ce cas, il faut le faire pour soi-même et ne perturber les autres. Il est inutile de parler en langues à haute voix puisque personne ne comprend ce que vous dites, sauf s’il s’agit d’un message que vous communiquez. Dans ce cas, il faudrait en donner l’interprétation (1 Corinthiens 14/27). En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu car personne ne le comprend et c’est en esprit qu’il dit des mystères (1 Corinthiens 14.3).

 La prière en langue (personnelle) consiste à se recharger spirituellement, à se bâtir et à prendre des forces en esprit. Notre homme intérieur a besoin d'être constamment fortifié et renouvellé car l'esprit est bien disposé mais la chair est faible.

Prier en langues permet aussi de rendre d’excellentes actions de grâces et louanges à Dieu (1 Corinthiens 14/17). Toute personne qui a reçu le baptême de l’Esprit peut parler en langues pour s’édifier personnellement. Le parler en langues nouvelles est un des miracles qui accompagnent ceux qui ont cru au nom de Jésus (Marc 16/17). Il nous faut exercer ce don. Nul ne doit nous empêcher de parler en langues (1 Corinthiens 14/39). N’éteignons pas l’Esprit (1 Thessaloniciens 5/19).

 

 

La prière consultative

Elle permet de demander le conseil de Dieu ou de connaître la volonté de Dieu sur une chose. En effet, nous devons consulter Dieu avant de prendre des décisions qui sont lourdes de conséquences. Nous devons être conduits par le Saint-Esprit afin de ne pas tomber dans les pièges du diable. Le Roi David avait l’habitude de consulter régulièrement Dieu, ce qui lui valut de nombreuses victoires dans ses batailles (1 Samuel 23/4, 2 Samuel 2/1, 2 Samuel 5/19,23,  2 Samuel 30.8).

Le Roi Saül lui aussi consulta Dieu, mais à cause de sa désobéissance, Dieu ne lui répondit ni par les songes, ni par l’urim, ni par les prophètes (1 Samuel 28/6). Il convient donc de marcher dans l’obéissance lorsqu’on veut consulter Dieu. Cela ne nous est pas profitable de chercher à connaitre la volonté de Dieu si c’est pour faire finalement tout le contraire des consignes qu’il nous aura données !

La prière de consultation permet aussi la révélation des choses qui nous sont cachées et dont on voudrait avoir la connaissance pour une raison donnée. On voit l’exemple dans le cas de Daniel.  Le Roi Nebucadnetsar fit un songe dont il ne se souvint pas. Et cela l’irrita fortement. Il voulut faire périr tous les sages de Babylone, si aucun d’eux n’arrivait à lui révéler ce songe. Les sages étaient mis à mort  et l’on cherchait Daniel et ses compagnons pour les faire périr (Daniel 2.13). Daniel implora avec ses compagnons (Hanania, Mischaêl, et Azaria) la miséricorde de Dieu afin qu’on ne les fît pas périr. Le secret fut alors révélé à Daniel dans une vision pendant la nuit (Daniel 2/19).

Approchons-nous donc de Dieu dans la prière pour avoir la révélation des choses cachées. Car les choses cachées sont à l’Eternel notre Dieu et  les choses révélées sont à nous et à nos enfants, à perpétuité (Deutéronome 29/29). Amen !

 

 

Conclusion

Quoiqu’il existe différentes sortes de prières, c’est le Saint-Esprit qui doit nous conduire dans l’une ou dans l’autre. C’est pourquoi  toutes nos prières doivent être des prières faites par l’Esprit.  Car il est écrit : « Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications » (Ephésiens 6.18).

Aussi, toutes nos prières doivent être assaisonnées d’actions de grâce, selon qu’il est écrit « Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâce ».

Nous devons aussi prier au nom de Jésus car tout ce que nous demanderons en ce nom nous sera accordé (Jean 14/13). Prier au nom de Jésus ce n’est pas mettre à la fin de nos prières la formule « au nom de Jésus » pour terminer. Ce n’est pas une formule magique qu’il faut prononcer pour que la chose demandée s’accomplisse. Prier au nom de Jésus c’est venir à Dieu de la part de Jésus, c’est-à-dire avec les mots de Jésus dans sa bouche. Il est peu probable qu’une prière même si elle est terminée par la formule « au nom de Jésus » soit exaucée si les demandes de cette prière sont remplies d’orgueil, de convoitises, de haine, etc…

Veillons donc à prier avec le cœur de Jésus, et les mots de Jésus, par l’Esprit, dans une attitude d’action de grâce et  le tout dans la foi. Car sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu et donc d’être exaucé (Hébreux 11/6). Amen !

 

Commentaires (2)

Jean Séverin Tanedjeu
  • 1. Jean Séverin Tanedjeu | 05/08/2021
Très important,
Toute la gloire soit rendue au Seigneur.

Bénit soit l'auteur de cet article.
Reubenkoff Reubin
  • 2. Reubenkoff Reubin | 15/07/2021
Je suis content de découvrir les différentes sortes de prière par votre biais. Que le Seigneur vous bénisse et qu'il pourvoit à tous vos besoins.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 27/11/2020