L’Évangile du salut

L’Évangile est une bonne nouvelle annoncée aux hommes. Cette bonne nouvelle est que Dieu dans son amour infini et dans sa miséricorde s’est rapproché des hommes qui jadis étaient éloignés de lui à cause du péché. Car tous les hommes ont péché et sont par conséquent privés de la gloire de Dieu(Romains 3. 23). En effet, le salaire du péché, c'est la mort (Romains 6. 23). Cette mort ne consiste pas uniquement en la mort du corps physique. Elle consiste surtout à une perdition éternelle de l’âme, une séparation définitive de l’homme de son créateur pour l’éternité.

Mais Dieu a choisi de justifier gratuitement par sa grâce ceux qui croiront en son fils. Car, le châtiment et le jugement qui nous étaient destinés, Dieu l’a fait retomber sur son propre fils. Ce sont nos souffrances que Jésus a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités;
Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. L’Eternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. Il a été maltraité et opprimé, et il n'a point ouvert la bouche, semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n'a point ouvert la bouche (Esaïe 53.4-7).

Dieu prouve ainsi son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous (Romains 5. 8). Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle (Jean 3.16). Or, la vie éternelle consiste à connaitre le seul vrai Dieu et son fils Jésus-Christ (Jean 17.3). Elle consiste à être un seul et même esprit avec Dieu, en devenant son enfant d’adoption. Car celui qui croit en Jésus devient enfant de Dieu par l’Esprit de Dieu qui vient désormais habiter en lui (Jean 1.12). Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles (2 Corinthiens 5.17). Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ (Romains 8.1). Car Christ a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix (Colossiens 2.14-15).

Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut (Romains 10. 9-10). Christ est en effet ressuscité d’entre les morts et il est vivant pour les siècles des siècles. Il est assis à la droite de Dieu le Père, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute principauté, et de tout nom qui peut se nommer dans le siècle présent et dans les siècles à venir (Ephésiens 1.20-21).

Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné (Marc 16. 16). Celui qui croit en Jésus, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie (Jean 5.24). Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n'est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu (Jean 3. 16-18).

Celui qui croit au Fils de Dieu a ce témoignage en lui-même; celui qui ne croit pas Dieu le fait menteur, puisqu'il ne croit pas au témoignage que Dieu a rendu à son Fils (1 Jean 5.10).

Si tu crois en ce message, tu peux faire la prière suivante :
Jésus-Christ, je confesse que tu es le fils de Dieu, que tu es mort pour mes péchés et ressuscité d'entre les morts (Romains 10/9).

Je reconnais que tu as été livré pour mes offenses et ressuscité pour ma justification (Romains 4/25)

C'est pourquoi, je plaide ton sang pour le pardon et la purification de tous mes péchés (1 Jean 1/9).

Je t'accepte ainsi comme Seigneur et sauveur de ma vie.

Père céleste, je te rends grâce de ce que tu as fait de moi ton enfant (Jean 1/12).

Je confesse que je suis désormais une nouvelle créature, que le Saint-Esprit habite en moi, que les choses anciennes sont passées et que toutes choses sont devenues nouvelles (2 Corinthiens 5/17).

Amen! "

Retour