L'éthique dans le ministère

 

L’éthique dans le ministère représente le comportement, la bonne moralité et la bonne conduite qu’il convient d’avoir afin de ne pas être une occasion de chute pour soi-même et pour plusieurs. Pensons donc à ne rien faire qui soit pour nos frères une pierre d’achoppement ou une occasion de chute (Romains 14.13). Nous devrons rendre compte à Dieu des âmes qui nous sont confiées (Hébreux 13.17).

En étant exerçant un ministère pour Dieu, nous sommes en quelques sortes mis en avant et les gens doivent pouvoir observer en nous des qualités à imiter. L’apôtre Paul pouvait ainsi dire à 3 reprises à ses fidèles d’être ses imitateurs comme il l’était lui-même de Christ (1 Corinthiens 4.16, 1 Corinthiens 11.1, Philippiens 3.17). Si donc vous êtes appelé par Dieu à exercer un quelconque ministère, vous devez être vous-même un imitateur de Christ afin que ceux qui vous voient observent en vous un modèle à suivre. Voyons ensemble quelques points sur lesquels nous devons prendre garde dans le ministère.

  • Marcher dans la sanctification et avoir un bon témoignage : Celui qui enseigne le peuple de Dieu doit lui-même marcher dans la droiture et dans la sanctification (Romains 2.21-22). C’est pourquoi il est demandé qu’il  n'y ait pas parmi le peuple de Dieu un grand nombre de personnes qui se mettent à enseigner, car les enseignants de la Parole de Dieu seront jugés plus sévèrement (Jacques 3.1). Celui qui dirige le peuple de Dieu doit donc être irréprochable dans sa conduite (1 Timothée 3.2, Tite 1.6). Il faut aussi qu'il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l'opprobre et dans les pièges du diable (1 Timothée 3.7).

 

  • Avoir une vie familiale équilibrée et responsable : La Parole de Dieu enseigne qu’il faut que l'évêque, le diacre (ou toute autre personne ayant la charge ou des responsabilités  dans une assemblée) soit irréprochable, mari d'une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite. Un responsable qui vit dans l’adultère, dans la fornication ou dans la polygamie n’est donc pas un bon exemple à suivre et il ne devrait même pas diriger l’église de Dieu. Il faut aussi qu’il dirige bien sa propre maison et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra t’il soin de l’Eglise de Dieu ? (1 Timothée 3.4-5). Il est malheureusement fréquent de voir des serviteurs de Dieu se décharger de leurs responsabilités familiales sous prétexte qu’ils sont très occupés par le ministère. Leurs enfants se retrouvent ainsi livrés à eux-mêmes et leurs épouses deviennent aigries et fatiguées de porter seules la charge familiale et l’éducation des enfants. Cette façon de faire ne correspond pas à ce que Dieu nous demande. Nous devons savoir que notre premier ministère commence d’abord dans notre propre maison.

  •  Avoir une patience à toute épreuve : La patience est une qualité indispensable à celui qui désire servir Dieu et conduire le peuple de Dieu. Paul disait qu’une des preuves de son apostolat était justement la patience à toute épreuve (2 Corinthiens 12.12). Moïse également avait cette précieuse qualité (Nombres 12.3). En effet, la patience est nécessaire pour supporter le peuple de Dieu qui forcément n’est pas parfait. Certains viendront vous voir plusieurs fois pour la même chose. Il faudra sans cesse leur répéter les mêmes recommandations jusqu’à ce qu’ils comprennent. D’autres seront imprudents dans leurs propos. La patience vous permettra de leur répondre avec sagesse et discernement et de les reprendre avec douceur.  

  • Marcher dans la sobriété : Celui qui conduit le peuple de Dieu ne doit pas être adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé (1 Timothée 3.3). Il faut qu’il soit sobre dans ses propos, dans son attitude et respectable dans sa façon de se présenter. Il faut qu’il soit modéré, réglé dans sa conduite (1 Timothée 3.2).

  • Exercer l’hospitalité : Le ministre de Dieu doit être hospitalier (1 Timothée 3.2). Il doit en tant que chrétien pourvoir aux besoins des saints et exercer l’hospitalité (Romains 12.13). En exerçant cela, certains ont même logé des anges sans le savoir (Hébreux 13.2). C’est une bonne œuvre que le Seigneur nous demande d’exercer ans murmures (1 Pierre 4.9)

  • Avoir l’humilité : C’est une qualité très importante à prendre en compte dans le ministère car l’orgueil entraine la chute. Si Dieu nous accorde des dons, il est facile de vite tomber dans le piège de l’orgueil. Les hommes peuvent nous louer et faire de nous des « demi-dieux » à tort. N’oublions jamais que nous ne sommes que des instruments que Dieu s’est choisi pour glorifier son nom. Ne prenons pas la gloire qui appartient à Dieu. C’est pourquoi la Parole de Dieu recommande qu’un jeune converti ne soit pas engagé dans le ministère de peur qu'enflé d'orgueil il ne tombe sous le jugement du diable (1 Timothée 3.6).  Il faut d’abord qu'on éprouve celui qui veut servir Dieu, et qu'il exerce ensuite son ministère, s’il est sans reproche (1 Timothée 3.10).

  • Marcher dans l’honnêteté, fuir la cupidité et gagner un salaire honnête : Les ministres de Dieu doivent être honnêtes, éloignés de la duplicité, d'un gain sordide,  conservant le mystère de la foi dans une conscience pure. Car ceux qui remplissent convenablement leur ministère s'acquièrent un rang honorable, et une grande assurance dans la foi en Jésus-Christ. (1 Timothée 3.13). Celui qui travaille dans la maison de Dieu a le droit de demander à être rémunéré pour son travail car le Seigneur a ordonné à ceux qui annoncent l'Evangile de vivre de l'Evangile (1 Corinthiens 9.13-14). Toutefois, le peuple de Dieu ne doit pas être exploité pour assouvir la  cupidité d’un leader spirituel. Les leaders spirituels ne doivent pas s’enrichissent sur le dos des gens qui espèrent en Dieu. Jésus disait : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous dévorez les maisons des veuves, et que vous faites pour l'apparence de longues prières; à cause de cela, vous serez jugés plus sévèrement » (Matthieu 23.14). Il en sera de même de ceux qui exploitent le peuple de Dieu à leur profit. L’apôtre Paul disait : « Je n'ai désiré ni l'argent, ni l'or, ni les vêtements de personne. Vous savez vous-mêmes que ces mains ont pourvu à mes besoins et à ceux des personnes qui étaient avec moi.  Je vous ai montré de toutes manières que c'est en travaillant ainsi qu'il faut soutenir les faibles, et se rappeler les paroles du Seigneur, qui a dit lui-même: Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir » (Actes 20.33-35). C’est un bon exemple à suivre !

  • Savoir enseigner et corriger dans la douceur : Il faut savoir enseigner et corriger le peuple de Dieu dans la douceur et dans le respect. Certains serviteurs de Dieu peuvent parfois être tentés de tenir des propos blessants à l’égard des brebis du Seigneur à cause de la position qu’ils ont dans l’église. Prenez garde à cela ! Il est écrit : « Ne réprimande pas rudement le vieillard, mais exhorte-le comme un père; exhorte les jeunes gens comme des frères, les femmes âgées comme des mères, celles qui sont jeunes comme des soeurs, en toute pureté ». (1 Timothée 5.1-2). Amen !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 21/05/2021